Apocalyptica RPG

Apocalyptica RPG est un forum de jeu de rôle basé sur un univers de science fiction futuriste et sur celui de Leiji Matsumoto.
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Elisabeth Mickaelis, ou la république compte une ennemie en plus.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elizabeth Mickaelis

avatar

Féminin Messages : 7
Date de naissance : 25/06/1994
Age : 23
Emploi/loisirs : Confédérée Renégate, Pilote du Foudroyant

MessageSujet: Elisabeth Mickaelis, ou la république compte une ennemie en plus.   Ven 3 Déc - 21:36



Elisabeth Mickaelis

Moi aussi je vivrai libre...
A travers les étoiles !

Et in Arcadia Ego









Nom : Lady Mickaelis

Prénom : Elisabeth

Surnom : Lizzy

Age : 25 ans

Faction : Républicaine renégate, donc neutre. Elle était ancien soldat à bord du RBS Arcania pendant environ 5 ans, en tant que pilote de chasse.

Planete d'origine : La Terre, plus précisément, L'Angleterre. Maintenant sous le joux des Confédérés.

Physique :


Lizzy, est une jeune femme de taille moyenne, environ 1m65. Elle possède un corps fin et élancé, grâce aux longues années de pratique sportive lorsqu'elle était encore une républicaine. Elle a un teint pâle qui fait ressortir ses cheveux blonds tirant sur le roux et le rosé ainsi que ses yeux vert émeraude. D'ailleurs des cheveux souvent en bataille, dissimulent ses yeux de chats. Sa silhouette frêle porte souvent à confusion et les hommes peu prudent, armés de mauvaises attentions en font fait les frais souvent. Elle un visage fin, sans cicatrice visible, par contre le reste de son corps ne peut pas en dire autant. Une cicatrice visible parcoure son dos jusque en haut du cou. Cette jeune femme ne possède pas, *des formes affolantes*, et elle s'en contente très bien. Légèrement garçon manqué, Elisabeth déteste les bijoux, et les vêtements extravagant des femmes. Elle considère tout ce qui est superficiel comme une gêne au combat. Lizzy n'est pas une femme à être souvent joyeuse et la bonne humeur lui fait souvent défaut. Même si ses sourires son rares ils n'en restent pas moins lumineux.
Lorsqu'elle était encore dans l'armée, elle portait l'habit réservé aux femmes. Une sorte de combinaison verte foncée (XD) qui se terminait en un col relevé de la même couleur avec le symbole de la République. Depuis qu'elle a quitté la République, et que les républicains la recherche en tant que déserteur, elle porte des habits communs de civils. Une tunique blanche, couverte par une veste rosé, dévalée et usée, à col relevé et un pantalon de cuir brun tirant vers le noir. Elle possède des bottes montante noire, type ranger au féminin.

Caractère :

Il est difficile de définir le caractère de Elisabeth. Elle est aussi indomptable que l'océan. Les militaires n'auront pas réussi longtemps à la garder sous leur contrôle, car elle supporte très mal de recevoir des ordres. Elisabeth est une jeune femme, volontaire, qui ne rechigne jamais à la tâche. Elle est réfléchie et ne prends jamais des décisions à la légère, mais lorsqu'une décision est prise elle ne reviendra pas dessus, au risque de se faire poursuivre toute sa vie par une bande de Républicains qui poursuivent leur folie utopique et idéaliste. Au détriment des autres. Lizzy a le sens de l'honneur et en revient jamais sur sa parole, et lorsqu'elle décida de déserter, elle n'y renonça pas. Elle est têtue et sure d'elle, courageuse, parfois cela frôle même l'inconscience, ce qui lui a parfois attiré des problèmes vis à vis de ses supérieurs, mais ce qu'il y lui a aussi parfois sauvé la vie. Elle sait garder un calme apparent même lorsque la situation est critique. Elle a un mental d'acier et une volonté de fer. C'est une femme posée, même si elle sait s'énerver contre la hiérarchie pour faire valoir ses droits et ceux de ses compagnons. Même si elle n'a jamais eu beaucoup d'amis, elle apprécie la compagnie d'autres personnes tant que celles-ci ne lui marchent pas sur les pieds. Lizzy est une personne franche qui n'hésite pas à dire ses quatre vérités et à reconnaitre ses torts ou ses erreurs. Elle possède une part de noirceur et de ténèbres en elle. Cette une femme éprise de liberté qui compris plus tard qu'elle avait fait le mauvais choix en s'enrôlant dans l'armée en tant que pilote de chasse. Elle ne supporte pas l'égoïsme de certains républicains.



Journal de Bord.


Tout commença, par une nuit enneigée dans un Londres dévasté par les confédérés. les hommes, essayaient de survivre par eux même, et c'est dans ce chaos que je vins au monde. Moi, Elisabeth Mickaelis, dit communément Lizzy. Mon père s'appelait Sebastian Mickaelis et ma mère, Meirin Mickaelis. Je dis : s'appelait, car ils sont tout deux morts en opposant une farouche résistance aux forces confédérales. Tout deux étaient partisans de la paix, malgré leur statut d'aristocrate anglais. J'avais environ 13 ans lorsque j'ai quitté la Terre contre mon gré, pour aller habiter une planète colonisée par des Républicains qui désiraient la prospérité et la paix. Mon père avait trouvé ce moyen pour me mettre à l'abris de la folie des hommes, lui ne pouvait pas abandonner les résistants et il resta en compagnie de ma mère à organiser la défense du pays. Il me fit donc entrer dans un vaisseau de marchandises qui avait pour destination cette planète dans le système Seynod. Le capitaine du vaisseau, un certain Susumu Kodai, était un grand ami de mon père, et il s'était arrangé avec lui pour me faire voyager clandestinement jusqu'au système Synox, et là-bas une famille d'accueil me recueillerait. Mon père devait surement se douter que se serait la dernière fois qu'il me verrait. Pourtant il m'avait promis, que l'on se retrouverait après la guerre. Et que l'on serait heureux. Tout les trois. La vision de ce grand homme sec aux yeux bleus, souriant sur le quais d'embarquement, me hantera toute ma vie. Malheureusement ce ne fut pas le cas et je me retrouvais loin de chez moi, chez une famille qui s'efforçait d'éprouver pour moi, un semblant d'affection. Mais jamais ils ne remplacèrent mon père et ma mère. D'ailleurs j'appris par eux et le Capitaine Susumu qu'ils s'étaient fait tuer lors d'un guet arpents. Je mis des mois, voir des années à m'en remettre. Enfin, je me familiarisais avec cette nouvelle planète et très vite je me mis à admirer les Républicains. Ces soldats fiers et sure d'eux. Ces soldats qui défendaient un idéal de paix et de prospérité. A l'époque je ne me rendais pas encore compte que je me faisais des illusions.

A l'âge de dix huit ans, j'avais pris ma décision, je voulais moi aussi, aider la République, ma seconde famille, à prospérer. Je passais nombre de tests avec succès et le pilotage des chasseurs n'avait plus aucun secret pour moi. Je me classais dans les meilleurs chasseurs, malgré le fait que j'étais une femme. Une égalité des sexes parfait. C'était avant que je découvre l'envers du décors. Je m'engageai sur le RBS Arcania, le Capitaine Syldrun Hayes m'impressionnait, et je l'admirais. Je me battais pour la République sans ménager mes efforts, malgré quelques altercations pour faire valoir mes droits ou ceux de mes compagnons. Je découvris plus tard que la vie d'autrui avait peu d'importance pour les Républicains si cela leur faisaient prendre des risques qu'ils jugeaient sans doute inutiles. Ils ne mettaient pas en périls leur utopie, leur pays si parfait... C'était pitoyable. C'est ainsi que je me rendis compte des années gâchées à aider ces égoïstes. Un jour le second du Capitaine m'avait ordonné (une Sylvidre, avec des airs niais, à vous tuer), de prendre les meilleurs chasseurs et de partir abattre des bâtiments civils et militaires de réfugiés confédérés qui cherchaient un asile, un refuge dans le Systeme Synox pour échapper à la tyranie de l'Empire. La République avait peur d'être débordée et de ne plus pouvoir assumer le flot de réfugiés et de nourrir en son sein des espions et des assassins au service des confédérés. J'avais refusé et je l'ais bien traitée de tous les noms d'oiseaux. J'ai bien faillit lui casser la figure, mais je me suis juste contentée de lui coller un poing dans la figure et de l'envoyer dire à son Capitaine, qu'il se passerait de moi, et que je m'étais trompée d'idéal à défendre. Les égoistes qui tiraient des coups de feu, aux moindres petits problèmes, très peu pour moi. Maintenant, je me contenterais de défendre la paix et la liberté et ce n'est pas cette bande d'égoïstes et d'incapables qui allaient me dicter ma vie. La Sylvidre (Elles ne sont pas sencées être en voie d'extinction ?) voulut m'arrêter et dégaina un couteau...Lamentable. j'évitai mais elle réussit à me toucher et elle me lacéra le cou jusque dans le bas du dos. Je lui fis payer car elle reçut un coup de poignard dans l’épaule, qui la plia en deux. J'en avais assez de recevoir les ordres et d'éxécuter. Je pris un chasseur hautement perfectionné et je partis en vitesse, direction la Terre, Londres. J'allais reprendre le travail de mes parents. Et j'emmerdais les Républicains, pour être polie. Quand aux bâtiments civils je leur enjoignit un mesage pour leur ordonner de faire demi-tour et de trouver une autre planète de refuge dans un système solaire tout proche. Les Républicains avaient l'intention de les éxécuter. Je reçu en retour un remerciement du Commandant réfugié qui fit faire volte face aux quelques navires qui le suivait.


Dernière édition par Elisabeth Mickaelis le Ven 10 Déc - 18:24, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Elisabeth Mickaelis, ou la république compte une ennemie en plus.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Installation de la Commission sur la Nouvelle Force Publique
» Le sénat haitien ; le grand mangeur de la république.
» 500 000 Haitiens vivent en République Dominicaine
» Un expert en securite publique opine sur le kidnapping
» Economie : Pour la réouverture d’une entité publique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Apocalyptica RPG :: Le jeu :: Fiches des personnages-
Sauter vers: